Contactez moi : 06.13.08.36.55
g.wayenborgh_AT_gmail.com

Décrochage à l’Espace Lawrence Durrell

Home/Exposition, Photographie/Décrochage à l’Espace Lawrence Durrell

Décrochage à l’Espace Lawrence Durrell

Pendant près d’un mois j’ai eu le plaisir de présenter mon travail artistique dans cette ancienne chapelle de Sommières dans le Gard. Généralement l’artiste est présent au Vernissage et puis à quelques rares occasions pendant l’exposition. Les circonstances et le calendrier du mois de Mai ont fait que j’ai gardé mon exposition pendant plus d’une semaine et aussi quelques après midi.

11068425_10204726795466708_283627499914668319_n
En moyenne chaque jour entre 20 et 30 personnes ont visité l’ exposition Hors du temps pendant ce mois de mai. Si certains visiteurs m’ont laissé un peu perplexe quand à leur façon de regarder une oeuvre d’autres bien au contraire m’ont ravi.

Ceux ci ont généralement fait un premier tour des 32 photographies exposés sur une certaine idée Hors du Temps. Ensuite les visiteurs font un deuxieme tour et s’arretent plus longuement sur les photos qui les ont le plus touchés. D’autres viennent poser des questions « C’est vous le photographe ? » qui enchainent ensuite sur des questions techniques ou géographiques ou expriment leur émotions face à leurs oeuvres préférées. En générale une conversation autour de l’etat d’esprit de la photo s’enchaine.

S’il fallait faire un bilan au dela des chiffres, l’exposition me conforte dans l’idée de l’art. Il me conforte dans mes choix artistiques, dans mes choix techniques et dans mon oeil photographique. L’exposition me confirme d’avoir une place dans l’art contemporain. Elle me confirme aussi que la photographie est un art qui ne se limite pas à un simple clic sur son smartphone.

 

La photographie d’art ne se produit pas en deux minutes. 

Il y a un travail d’approche, un travail de prise de vue et un travail de post production. C’est « photoshopé » comme l’indiquait un des visiteurs, il s’agissait d’un photographe à la retraite, assez agé. Dans mes souvenirs d’époque, quand j’ai commencé la photographie vers 1975, photoshop n’existait pas. Cela ne nous empêchait pas de travailler les photos, de faire des montages, de travailler la lumière par zone dans la chambre noir ou encore de jouer avec les bains. Oui dans le temps on utilisait des bains pour développer des photos.

Aujourd’hui les techniques sont devenus numériques et à vrai dire ce n’est pas un mal même si cela enlève un peu de la poésie de la chambre noir. Mais au niveau économique c’est tout de meme plus agreable. Les possibilités sont aussi plus nombreuses et « faciles ». A vrai dire c’est faux. Bien entendu que les logiciels permettent d’aller facilement vers une approche esthtique ou artistique. Mais le cheminement vers l’art est quand à lui bien plus long. Photoshopper une photo est devenue extrement simple et n’importe qui sait le faire, mais de la à faire une oeuvre cohérente dans le temps et la présenter au public c’est une toute autre histoire.

Le travail artistique évolue d’une façon constante mais la aussi il faut rester soit, il faut rester dans une logique.

carre-4392

 

 

2017-04-16T00:01:26+00:00